: 51 56 =>         : 50 52 =>         : 49 51 =>         : 43 49 =>         : 43 44 =>         : 30 32 =>         : 30 41 =>         : 27 41 =>         : 25 30 =>         : 22 30 =>        

Sermons du Vendredi >> Imiter les autres et se fminiser
 

   :Imiter les autres et se fminiser

   

Sermons du Vendredi

: Imiter les autres et se fminiser
:
: 25/01/2009   : 2285

Tlcharger la khotba : http://www.doross.net/Tarjama/education_imitation.doc

Sermon du 09/01/2009

Lducation dans le comportement

Imiter les autres et se fminiser

 

1re Partie

 

Nous avons expliqu prcdemment que la morale et les vertus sont la base de cette religion. Et en effet l'humanit toute entire a besoin de vertus nobles et en particulier les musulmans. Nous avons profit des prches prcdents pour indiquer le danger du mensonge et du vol, et que l'ducation que nous donnons doit mettre en garde contre ces vices. Aujourd'hui le vice propos duquel nous allons mettre en garde, c'est la dbauche et la dcadence qui font perdre aux musulmans leur identit. Le musulman a une identit, une personnalit, car Allah a choisi pour lui une religion, une foi qu'il doit faire apparatre travers ses actes et ses paroles.

La dbauche, la dcadence et la perte d'identit font parties des pires vices qui peuvent toucher l'tre humain en particulier le jeune musulman.
Ce vice prend toute son importance en deux lments, le premier, le fait de ressembler aux non musulmans et le second c'est le fait dtre effmine ou le fait de s'affaiblir et de perdre toutes les qualits qui font du musulman un musulman, ou de la musulmane une musulmane.
Malheureusement aujourd'hui, nous pouvons constater que beaucoup de jeunes sont entrains derrire toutes sortes de vices, parce qu'ils sont dans l'imitation aveugle ou parce qua la vie pour eux se rsume des plaisirs phmres, et la rponse des pulsions et des instincts bestiaux.

Certains pensent tort que le progrs et le renouveau consistent la mixit et imiter les autres. Nul doute que le prophte (sw) a mis en vidence la marche suivre dans l'ducation et dans le caractre ainsi que pour accder une identit et une personnalit saine.

C'est d'ailleurs pour cela que l'islam nous a mis en garde contre le fait de s'attacher ressembler aux autres dans leur identit et leur dogme. Le prophte (sw) a dit "contredisez les idoltres, rasez vos moustaches et laissez pousser vos barbes". Dans un autre hadith "celui qui ressemble aux autres ne fait pas partie des ntres, ne ressemblez pas aux juifs et aux chrtiens".

Ici il est important de faire la nuance entre ce que l'on peut prendre des autres, et ce qui ne nous est pas permis de prendre. Il nous est permis de prendre toutes les nouvelles dcouvertes ou les sciences, car le prophte (sw) a dit "la recherche de la science est une obligation pour chaque musulman" ou encore "la sagesse, c'est la perle rare du musulman, l o il l'a trouve il s'en empare". Ce qui est interdit de prendre des autres c'est leur comportement, leurs ftes, leurs coutumes et toutes leurs habitudes qui vont l'encontre de notre religion et de ses enseignements, car cela a pour consquence de faire perdre toute identit et personnalit. Et l'identit c'est le fait de pouvoir rpondre la question qui dit  qui es-tu ?

Le fait de ressembler aux autres est interdit, et le prophte (sw) nous a averti que certains membres de notre communaut tomberont dans ce pige. Il a dit "vous suivrez les traditions de ceux d'avant vous pas pas un tel point que lorsqu'ils s'enfouiront dans un trou vous ferez de mme", les compagnons dirent "est ce qu'il s'agit des juifs et des chrtiens?", le prophte (sw) rpondit "et qui d'autres part eux?". Cela ne veut pas dire que cette erreur touchera tous les musulmans et toutes les poques, mais en tout cas que c'est un pige dans lequel tomberont beaucoup dindividus une certaine poque. Et il n'y a pas de doute que notre poque est une poque dans laquelle ce vice arrive son apoge travers un nombre considrable de personnes appartenant notre communaut. Dans cette communaut il y a deux sortes d'individus, il y a ceux qui sont de fidles et de fervents pratiquants, et il y a ceux qui sont dviants et gars du droit chemin. Le Professeur Youssouf el 3adhm a dit : "Moshe Dayan le Gnral isralien qui a men la guerre de 1967 et occup la Cisjordanie et Jrusalem-est se promenait dans une rue arabe alors qu'il n'tait plus en fonction, et il a rencontr un groupe de jeunes et un des jeunes musulman a refus de lui serrer la main en lui disant "vous tes nos ennemis, vous occupez notre pays et vous nous tuez mais sachez de toute faon que notre victoire arrive grand pas". Le General isralien a rpondu : "c'est vrai qu'un jour nous partirons d'ici, cela est d'ailleurs prcis dans nos crits, mais seulement quand vous serez un peuple qui donnera de l'importance son histoire, et qui respectera sa religion et qui dlivrera aux autres les valeurs de sa civilisation, et l'inverse que notre peuple reniera son histoire, l ce sera la fin d'Isral".

Chaque peuple tente travers ses convictions et ses dogmes d'avoir une identit bien distincte. Cela nous l'observons en particulier chez les juifs qui se distinguent dans leur faon vestimentaire avec leur chapeau ou leur kippa, leur barbe et le reste des vtements. On le voit galement chez les chrtiens qui portent une croix autour du cou ou chez les sikhes qui mettent un turban d'une certaine manire bien prcise. Tout cela rsulte d'une conviction d'une croyance et de la fiert que l'on ressent en adhrant telle ou telle croyance.

Allons-nous donc (nous les musulmans) nous attacher notre foi et en tre fiers?

Notre religion nous a d'ailleurs donn dans notre identit religieuse et nos comportements une nuance que nous devons appliquer afin justement de se distinguer. C'est donc une grave erreur de voir certains qui se disent musulmans et prtendent adhrer cette religion, mais ils n'ont rien ni dans leurs paroles ni dans leur comportement qui nous permet d'indiquer qu'ils sont musulmans ou qu'ils n'adhrent pas une autre foi.

L'autre erreur qui concerne ce vice c'est le fait de perdre son identit naturelle pour l'homme en ressemblant une femme et pour la femme en ressemblant un homme. Cela est d'une grande gravit et touche un certain nombre de jeunes de notre communaut. Avant d'aller plus loin dans ce sujet je tiens tout d'abord prciser que dans la foi et les dcrets divins, les hommes et les femmes sont gaux. Le prophte (sw) a dit "les femmes sont les gales des hommes". En Islam, la femme garde toute sa personnalit. A titre d'exemple contrairement ce qui est rpandu, elle choisit son mari en toute libert sans aucune contrainte, l'Islam lui donne le droit de donner son avis dans la socit et mme en politique, et ils sont gaux aussi dans la recherche de la science et de la connaissance... La diffrence qu'il y a entre l'homme et la femme c'est leurs diffrences naturelles dans le sens o chacun a t cr avec des sensibilits que l'autre n'a pas, des facilits que l'autre n'a pas et des contraintes que l'autre n'a pas, puisque Dieu dans sa sagesse infinie a cr l'homme et la femme, afin qu'ils se compltent. Chacun d'entre eux doit utiliser et approfondir les sensibilits qu'Allah lui a donn dans sa nature sans jamais chercher ressembler l'autre sexe pour raliser le sens du verset coranique "n'esprez pas les uns des autres ce dont Allah vous a combl ". Le fait de tenter de ressembler l'autre amnera sans aucun doute l'chec, et cela ne fera que creuser encore plus le foss entre chaque individu. L'homme ainsi que la femme ne pourraient se satisfaire de vivre avec quelqu'un qui est exactement comme lui (ou elle), et qui pense exactement comme lui (ou elle). Le prophte (sw) a dit "qu'Allah maudisse l'homme qui s'effmine et la femme qui ressemble l'homme". La femme et l'homme comme nous l'avons dit ont des nuances dans leur forme et dans leur fond, et la sagesse de l'islam a donn en fonction des spcificits de chacun des caractristiques religieuses. Il est donc interdit chacun des sexes de ressembler l'autre dans ses spcificits. L'homme qui tente de ressembler la femme dans sa dmarche, dans sa faon d'tre, dans sa faon de parler ou encore dans sa faon de se vtir, c'est un homme effmin. Nous voyons de certains jeunes qu'ils se laissent pousser les cheveux et les attachent comme le font les femmes, nous voyons d'autres jeunes qui portent des bagues en or ou d'autres qui portent des bracelets ou des chaines. Est-ce a le fait d'tre un homme? Est-ce a la virilit? La masculinit? Il y a aussi des femmes qui tentent de ressembler aux hommes dans leur virilit, dans leur vtement et dans des comportements qui ne peuvent correspondre aux comportements de la femme. C'est pour cela par exemple qu'on ne voit pas dans les chantiers des femmes qui creusent des trous, car c'est une fonction qui correspond l'homme.

Quand un sexe tente de ressembler l'autre, c'est qu'il veut changer la nature dans laquelle Allah l'a cr. Allah a cr l'homme et la femme avec des spcificits que chacun doit garder et prserver.

 

2me Partie

 

Ce que nous avons besoin aujourd'hui c'est la "masculinit", la virilit dans le bon sens du terme. C'est ce que cherchait Omar Ibn Alkhattab, il tait dans une des demeures de Mdine avec d'autres compagnons, et il leur a dit "qu'esprez-vous?" L'un d'entre eux lui a dit "j'espre que cette demeure soit pleine d'or et que je la dpense dans le sentier de Dieu" Mais Omar n'tait pas satisfait de ce dsir alors il rpta "quesprez-vous?" un autre dit "j'espre que cette demeure soit pleine de perles, de diamants de bijoux et de pierres prcieuses et je les dpense dans le sentier de Dieu" mais Omar n'tait toujours pas satisfait de ce dsir alors il rpta "quesprez-vous?" L un compagnon finit par dire "nous ne comprenons pas ce que tu attends de nous O mir des croyants" Omar conclut "quant moi j'esprerais tant avoir autour de moi des hommes comme 3oubaydah ibn aljarrah ou encore mo3adh ibn jabal ou encore salim le fils de Abou Houdhayfa afin qu'ils puissent m'aider faire lever la parole d'Allah". Qu'Allah fasse misricorde Omar lui qui avait compris sur quelle base la civilisation pouvait s'tendre et comment faire vivre les nations teintes. Omar tait satisfait lorsquil avait comme plus cher dsir non pas les richesses, non pas les diamants mais les hommes, les vrais, ceux qui sont les vritables trsors que cachent les cieux et la terre. Malheureusement ce genre d'homme est rare et peu rpandu. Le prophte (sw) a dit "les hommes sont nombreux, mais ils sont comme un troupeau de 100 chameaux si tu cherches parmi ces chameaux un qui sera capable de transporter de lourdes charges et de faire de long trajets, tu as beaucoup de mal le trouver parmi eux". Un seul homme peut en valoir 100, un autre peut en valoir 1000, un autre peut valoir tout un peuple.

Khalid Ibn lwalid a assig la ville dAlhayra. Il a donc demand au calife Abou bakr une demande de renforts pour lui venir en aide, mais le calife ne lui envoya qu'un homme Al Qa3qa3 ibn 3amr en lui disant une arme va tre mise en droute quand il y a en son sein al Qa3qa3 ibn 3amr et sache que la voix de Al Qa3qa3 dans une arme vaut mieux que 1000 combattants.

Lorsque 3amr ibn al3ass tait en campagne en Egypte, il a demand des renforts au calife Omar ibn Alkhattab, et il lui a envoy 4000 hommes en lui disant "je t'envoie 4000 hommes et la tte de chaque bataillon de 1000 combattants, il y a un homme qui vaut le bataillon de 1000. Ces hommes,  sont Zoubayr ibn Al3awwam, Almiqdad ibn 3amr, 3oubada ibn Samit et Maslamtou bnou Makhlad". Chaque peuple et chaque message a besoin comme support d'hommes, d'hommes vritables. Qui est donc l'homme? Nous savons qu'il y a le mle et la femelle, mais l'homme se rsume-t-il ici l'individu qui est de sexe masculin, ou qui a une moustache ou une barbe contrairement la femme. Si c'est a l'homme et bien, qu'ils sont nombreux les hommes! L'homme comme nous l'entendons ici, ce n'est pas celui-ci. Ce n'est pas non plus forcment celui qui a un grand ge, car combien de personnes ges se rjouissent de ce qui est inutile et pleurent pour quelque chose d'insignifiant, ou aiment se mler de ce qui ne les regardent pas, et tout ce qu'ils possdent, ils n'aiment le partager, ceux-l sont des personnes adultes ges, mais en ralit ils sont des enfants.

A l'inverse combien d'enfants nous montrent en vrit des hommes, et nous donnent des leons que seuls les adultes pourraient nous donner. Le compagnon Omar a vu un groupe d'enfants qui jouaient, et lorsqu'il est pass pas loin d'eux, ils se sont enfuis car Omar tait craint respectueusement. Un seul enfant est rest sur place et n'a pas fuit, c'tait Abdoullah ibn Zoubayr. Omar lui demanda "pourquoi tu ne cours pas comme les autres enfants?

Il rpondit : je n'ai rien fait de mal pour m'enfuir et le chemin est assez large pour que tu passes sans que je ne m'carte et je te laisse passer". C'tait un enfant mais il raisonnait comme un homme vritable.

Le vritable homme ne se dfinit pas non plus par rapport la taille ou la force du corps. Allah a dit propos des mcrants "et quand tu les vois leurs corps t'merveillent et s'ils te parlent tu coutes leurs paroles ils sont comme des buches appuyes sur les murs".
Abdollah ibn Mas3oud tait quelqu'un de mince et petit et un jour ses vtements ont laiss entrevoir aux autres ses jambes qui taient trs fines et les compagnons se sont mis rire en voyant ses petites jambes. Le prophte (sw) leur dit "
vous vous moquez des petites jambes de Abdollah ibn Mas3oud sachez par Dieu qu'elles pseront plus lourdes sur la balance du jour du jugement dernier que la montagne de Ouhoud".
La masculinit ne se traduit donc pas par l'argent ni par l'ge ni par le pouvoir mais la masculinit c'est plutt une fore intrieure qui pousse celui qui la possde prendre conscience de l'importance de chaque vnement et ne pas bcler ce qu'il entreprend.

La masculinit est une force qui fait de celui qui la possde quelqu'un de fort dans sa faiblesse, de grand dans sa petitesse, de riche dans sa pauvret. C'est une force qui le pousse donner, avant de prendre, d'accomplir son devoir, avant de rclamer son droit.

Notre communaut a tant besoin d'hommes comme ceux-l en particulier par les temps qui courent. Un homme un seul lorsqu'il est vritablement un homme pourrait trouver la solution aux problmes travers ses positions qui font de lui un homme et travers sa foi qu'Allah lui a permis d'avoir. Nous trouvons dans l'histoire de Moise dans le coran lorsqu'il a tu le copte un verset qui dit "Et du bout de la ville un homme est venu en toute hte (pour rsoudre la situation)". Et dans la sourate Yassine dans le rcit des gens de la ville un verset qui dit "et un homme est venu du bout de la ville en toute hte et il a dit : suivez les messagers!". On voit bien ici qu'il suffisait d'un homme pour venir en aide ou pour rsoudre de graves situations, mais condition qu'ils soient de vritables hommes.
Qu'Allah donne notre communaut un homme bien guid qui entendra les versets divins et nous les fera couter.

< < Sermons du Vendredi

Les remdes aux conflits conjugaux
Le respect des parents
Les conflits conjugaux
Lducation entre gterie et svrit
Avoir des enfants et leur donner leurs droits
LIslam facilite le mariage
La famille et son organisation
Les remdes face la fornication et ladultre
La fornication : ladultre et lhomosexualit
Lalcool et la drogue


: 0